rendez-vous avec Léonardo Azeredo

Pour notre portrait d’adhérent du mois, rendez-vous avec Leonardo Azeredo de Co-Roasting.

À 42 ans, le franco-brésilien Leonardo Azeredo a quitté le confort d’une grande entreprise pour se lancer dans la torréfaction collaborative avec Co-Roasting. C’est en sondant les torréfactions françaises qu’il s’est rendu compte d’une chose : en France, les machines à torréfier ne fonctionnent généralement qu’1 à 2 jours par semaine. Il n’en fallait pas plus à cet entrepreneur pour monter son projet et permettre à tous de se lancer dans la torréfaction de café de spécialité, avec un modèle plus durable, en partageant les ressources de torréfacteurs professionnels.

 

Salut Léonardo, que faisais-tu avant de monter Co-Roasting ?

Je suis originaire du Brésil, et même plus précisément de la région de Minas Gerais. Cette région est très connue pour le café, comme elle produit près de 50 % des cafés brésiliens. Chez moi, le café est omniprésent, mais j’ai découvert les cafés de spécialité en arrivant en France, en 2009.

J’ai découvert des cafés avec une qualité que je ne buvais même pas au Brésil, avec des qualités gustatives impressionnantes. Avant Co-Roasting, je ne travaillais pas dans le café, mais je vivais pour ça. 

 

Tu as toujours eu l’idée de travailler un jour dans le café ?

Je me suis souvent posé la question. Quand j’ai repris mes études à l’EDHEC, à mes 40 ans, j’ai accompagné une société brésilienne qui produit des torréfacteurs. C’était dans le cadre d’un projet de consulting. Je les aidais à mieux comprendre le marché français et européen. J’étais étonné que cette société ne soit pas si connue que ça en France. Pour eux, j’ai étudié le marché, la chaîne de valeur, le goût et l’intérêt des français pour le café. Cela, bien sûr, avec beaucoup d’échanges sur le terrain, avec les différents acteurs de la filière.

 

C’est avec ces connaissances que l’idée de te lancer dans la torréfaction collaborative est venue ?

Mon hypothèse de départ, c’était de penser que toutes les machines présentes en France n’étaient pas utilisées au quotidien. L’autre hypothèse, c’était que beaucoup de personnes voulaient se lancer dans la torréfaction, mais sans le faire, car se lancer coûte cher. Alors, on a contacté une centaine de torréfactions, et l’on s’est rendu compte que les torréfacteurs étaient finalement peu utilisés, 1 à 2 jours par semaine, en moyenne.

 

Et pour la deuxième hypothèse ?

Pour celle-ci, on a monté un compte Instagram pour voir quel était l’intérêt des gens pour le projet, jusqu’à ce que le Collectif Café nous repère et nous invite à présenter Co-Roasting durant un live Instagram. Grâce à ce live, on a réussi à mettre en relation une personne qui voulait se lancer avec un torréfacteur déjà bien établi. Et, ça s’est plutôt bien enchaîné depuis. Aujourd’hui, on a 7 hôtes en France, 1 en Belgique et cette communauté a permis la création d’une dizaine de nouvelles marques, de néo-torréfacteurs et néo-torréfactrices. D’ailleurs, y compris dans des villes loin de Paris, où il n’y avait pas forcément de torréfacteurs.

 

Apporter le café de spécialité en dehors des grandes villes fait partie des objectifs de Co-Roasting

Globalement, on veut avoir un impact positif sur le monde à travers la torréfaction collaborative et créer, avec notre communauté, un écosystème plus durable, du producteur à la tasse. On veut montrer que n’importe quel torréfacteur, avec l’envie de partager son savoir, peut devenir hôte et faire grandir la torréfaction française. Aujourd’hui, le marché du Specialty en France est tout petit. On parle souvent du chiffre de 4% de part de marché pour le Specialty, et on se félicite qu’il progresse d’années en années. Mais, cela veut dire qu’il y a toujours 96 % de consommateurs qui continuent d’acheter du café de commodité. Plus il y aura de café de spécialité, partout en France, et plus le marché pourra grandir en donnant à tous la possibilité de connaître et de consommer un bon café, et bon aussi pour la planète.

 

Il y a un autre sujet important, je trouve pour  Co-Roasting, est de s’inscrire dans une démarche de partage. Qu’en est-il ? 

En effet, on communique beaucoup sur ce sujet. Les ressources, c’est-à-dire les machines, sont déjà disponibles et comme on le disait, elles ne sont pas utilisées au maximum. En réduisant le nombre de machines, tout le monde est gagnant. Celui qui a acheté la machine peut mieux rentabiliser son investissement et celui qui veut se lancer peut essayer sans trop investir, et se lancer plus vite avec un accompagnement professionnel. En plus, c’est mieux pour la planète puisque l’espace et la machine sont partagés !

 

Si je veux devenir hôte, ou utilisateur, comment ça fonctionne ?

D’abord, on va discuter et échanger sur ta vision du business. On demande beaucoup de “pourquoi”, parce qu’il est très important de bien te connaître. Le but, c’est de t’accompagner le mieux possible, dans les différentes étapes, pour créer une connexion durable. On veut des gens qui partagent nos valeurs : l’intégrité, le respect, le partage, l’écoute. On veut rassembler des gens qui s’engagent vers un idéal collectif, qui dépasse la torréfaction, en fait. En connaissant bien les hôtes comme les futurs torréfacteurs, on peut rassembler les meilleurs “match”. Co-Roasting, c’est presque des RH en fait, avec la volonté forte de rassembler une communauté autour de valeurs communes, pour développer le café de spécialité en France !

 

 

 

 

Pour en savoir plus c’est par ici

 Lire toutes nos actualités

Principale Fédération professionnelle française représentant l’ensemble de la filière café, du grain à la tasse, le Collectif Café défend les intérêts des différentes professions qui sont les acteurs principaux de la filière café  :

  • Importateurs,
  • Torréfacteurs,
  • Baristas,
  • Coffee shops,
  • Experts café

et participe à son essor au sein du marché français.

 

Nos Missions

  • Fédérer et rassembler les acteurs économiques du café
  • Promouvoir  le café , de la cerise à la tasse, auprès des professionnels, du CHR et du grand public
  • Représenter et défendre les intérêts de nos adhérents donc de la filière café
  • Construire des actions de développement économiques et des moyens d’information et d’éducation à destination de nos adhérents
  • Proposer une offre de service complète (sociale, juridique et développement commercial) à nos adhérents

Porte-voix de la profession

En adhérant au Collectif Café, les membres bénéficient d’informations et de conseils liés aux données sociales (grille de salaires, convention collective, accords de branche, …), juridiques et réglementaires de la profession. La Fédération est une organisation patronale représentative au niveau de la Convention Collective (CCN 3109) en application de la loi du 5 mars 2014 (2014-288 modifiée par la Loi 2015-994 du 17 août 2015).

D’une manière plus globale, la fédération réalise une veille et exerce son influence auprès des parlementaires afin de protéger cette profession dont les problématiques sont souvent liées à celles de l’artisanat.

Une stratégie de communication à 360°

Le Collectif Café transmet régulièrement à ses adhérents les actualités de la profession, les revues de presse et communique via ses réseaux sociaux.

Deux rendez-vous annuels

Le Paris Coffee Show les 10, 11 et 12 septembre 2022

Les Journées du Café du 27 septembre au 2 octobre 2021

Les Concours qui valorisent la profession :

Notre organisation

Le Comité Français du Café (CFC) est la principale fédération professionnelle qui représente le savoir- faire de l’ensemble de la filière café du grain à la tasse (importateurs, torréfacteurs, baristas, coffee shops,…) auprès du grand public, des professionnels, des médias et des institutions.

Créé en 1959, il a pour objet l’étude et la mise en œuvre des moyens d’informations concernant le café et la promotion pour le développement de la consommation du café en France.

Quelques dates historiques 

  • 1935 : Union entre les Syndicats Régionaux des brûleurs de café dénommée « Syndicat National du Commerce des Cafés torréfiés ».
  • 1946 : ce syndicat a pris le nom de Fédération des Syndicats de Torréfacteurs de Café
  • 2000 : cette fédération prend le nom de « Union des Torréfacteurs de France » (U.T.F.)
  • 2003 : les deux organismes professionnels exercent leurs activités respectives au sein de l’association dénommée « Comité Français du Café ».
  • 2017 : le Ministère du Travail reconnait la fédération comme fédération patronale représentative de la profession
  • 2017 : la fédération oeuvre pour l’entrée du métier de torréfacteur, torréfactrice au Concours ‘Un des Meilleurs Ouvriers de France dont les premières épreuves ont eu lieu lors du Congrès de Bordeaux en septembre 2018
  • 2018 : souhaitant élargir son action à l’ensemble des acteurs de la filière café, le CFC lance sa marque Collectif Café

Le Comité Français du Café est dirigé par un Conseil d’Administration composé de 21 Membres :

Le Bureau

  • David Serruys, Proqua, Président (Boulogne-sur-Mer – 62)
  • Alexandre Bellangé, Belco, Trésorier (Mérignac – 33)
  • Marie-Hélène Kennedy, Quirky Consulting, Secrétaire (Asnières-Sur-Seine- 92)
  • Anne Caron, Brûlerie Caron, Vice-Présidente (Châtillon – 92)
  • Christophe Servell, Terres de Café, Vice-Président (Paris – 75)
  • Eric Villemaine-Benchétrit, Les Cafés d’Eric, Vice-Président (Orléans – 45)
  • Lionel Galut, MaxiCoffee, Vice-Président (Mios – 33)
  • Emmanuel Despierres, Melitta Professional Coffee Solutions France, Président d’Honneur (St Denis la Plaine – 93)

Les Administrateurs

  • Vincent Ballot, BVB-La Grange, administrateur (Marnay – 70)
  • Eric Fauvel, Olivier Langlois, administrateur (Montivilliers – 76)
  • Franck Boucaud-Maître, Cafés Voisin, administrateur (Lyon – 69)
  • Jean-Manuel Darrigo, Destination Grand Comptoir, administrateur (Bordeaux – 33)
  • Jérôme Michel, Cafés René,  administrateur (Ajaccio – 20)
  • Pierre Sagnard, Cafés Pierre Soral, administrateur (Vienne – 42)
  • Pierre Sénéchal, Méo Fichaux , administrateur (Lille – 59)
  • Aleaume Paturle, Café Lomi, administrateur (Paris – 75)
  • Marine Moreau, Cafés Jeanne d’Arc, administratrice (Orléans – 45)
  • Morgane Daeschner, Cupping Club, administratrice (Bordeaux – 33)
  • Stéphane Traumann, Sarl Cato, administrateur(Etretat – 76)
  • Céline Cadinot, Maison P. Jobin & Cie, administratrice (Le Havre – 76)
  • Hippolyte Courty, l’Arbre à Café, administrateur (Paris – 75)

Nous rejoindre

Principale fédération professionnelle française représentant l’ensemble de la filière café du grain à la tasse, le Comité Français du Café – Collectif Café défend les intérêts de la profession et participe à son essor au sein du marché français.

La Fédération effectue un véritable travail de veille juridique, sociale et réglementaire dont elle informe régulièrement ses adhérents.

Fin 2016, elle a permis la suppression de la taxe caféine par un important travail auprès des Députés et des Sénateurs.

Reconnue Fédération Patronale Représentative en 2017 par le Ministère du Travail, elle est signataire des accords de branche et représente les adhérents dans les négociations sociales.

Elle a œuvré pour la création de la classe Torréfacteur, Torréfactrice au Concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France » dont les premières épreuves se sont déroulées lors du Congrès annuel 2018.

Adhérez dès aujourd’hui et bénéficiez immédiatement entre autres :

  • Des informations sociales, juridiques et réglementaires de la profession
  • De la veille presse et de l’ensemble des actualités café
  • D’une entrée gratuite au Paris Coffee Show : le 1er évènement français dédié au café
  • D’une participation aux Journées du Café pour faire découvrir votre métier et votre savoir-faire (supports presse, kit de communication, relais média, etc)
  • D’un référencement sur ce site Internet et d’une visibilité sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Instagram)
  • De la possibilité de participer au Concours du Meilleur Torréfacteur de France et au Concours du Meilleur Mélange pour Expresso de France

Devenir adhérent

 

Nos Partenaires