Café Kaldi: Entre histoire et légende, spécialiste du café d’Éthiopie !

Tenastelin, Bonjour,

Si aujourd’hui nous vous saluons en Amharique la langue officielle de l’Ethiopie, c’est parce que nous sommes allés à la rencontre de Tadiwos TSIGIE de chez Café Kaldi, un torréfacteur Montreuillois (93) et fin connaisseur du terroir d’Ethiopie.

Un passionné à qui nous avons demandé d’ébaucher son portrait
« Café » :
« Je suis né et j’ai grandi en Ethiopie, le berceau du café. Symbole d’une hospitalité ancestrale, le café est ancré culturellement dans chaque éthiopien. En arrivant en France, j’ai souhaité faire découvrir cette culture, les cafés de mon pays mais aussi ceux du reste du monde. Et j’ai emprunté à un de mes compatriotes, Kaldi, un jeune chevrier qui serait à l’origine de la découverte du café, son prénom pour baptiser ma torréfaction».

Si vous étiez torréfacteur :
Je serais un torréfacteur Diedriche, maniable facilement, flexible, efficace.

Si vous étiez un souvenir café :
Je serais le premier fond de café que j’ai goûté, enfant, dans la tasse de ma mama.

Si vous étiez une origine :
Je serais l’Éthiopie car c’est le berceau de l’humanité… et du café.

Si vous étiez un pays producteur :
Évidemment, l’Éthiopie aussi, mère du café.

Si vous étiez une torréfaction ou un procédé de torréfaction :
Je serais une torréfaction intermédiaire car c’est un bon équilibre entre deux extrêmes, et une torréfaction artisanale, pour sûre ! 

Si vous étiez une extraction :
Je serais une méthode douce pour faire ressortir tous les caractères et arômes du café.

Si vous étiez un résultat en tasse :
Je serais rond avec une longueur en bouche.

Si vous étiez une boisson café :  
Je serais un macchiato parfait mariage café et lait.

Si vous étiez une action green, durable :
Je serais un gobelet biodégradable pour préserver notre planète et continuer à pouvoir déguster notre café en cette période difficile.

CAFÉ KALDI