Crise sanitaire : les professionnels de la filière café entendus à l’Assemblée Nationale

Le Collectif Café qui représente et défend les intérêts des professionnels de la filière du café a été entendu la semaine dernière lors d’une réunion par vidéo-conférence par des élus de l’Assemblée Nationale dans sa mission de représentativité.

Vendredi 16 octobre dernier, lors d’une réunion le Collectif Café a fait valoir les intérêts des acteurs de la filière auprès des députées Barbara Bessot Ballot, Présidente du Groupe d’Etudes Gastronomie, Pascale Fontenel-Personne et Carole Bureau-Bonnard, membres du Groupe d’Etudes Gastronomie au sein de l’Assemblée Nationale.

Soutenus par le Syndicat National du Café ainsi que par la SCA, mais aussi accompagné par le témoignage de deux torréfacteurs : les Cafés Richard et les Cafés Gonéo, le Président du Collectif Café David Serruys a interpellé les trois élues sur les difficultés des acteurs de la filière liées à la situation sanitaire.

Nouvelles habitudes de travail, télétravail, fermetures ou réductions des heures d’ouverture des cafés, hôtels et restaurants, des points de vente et autres boutiques, les TPE/PME paient le prix fort de l’impact de la COVID sur les secteurs de la DA et du CHR. Et sont malheureusement les grands oubliés des listes connexes des secteurs bénéficiant des aides et exonérations de charges de l’Etat.

« Aujourd’hui, nous menons de nouveau cette campagne de front pour préserver nos emplois et nos entreprises afin que les transformateurs de café soient représentés parmi les acteurs en souffrance et bénéficient des aides en place au même titre que les autres secteurs connexes figurant sur ces listes comme les fabricants de vins, de bières, de cidres. Notre mission de représentation et de défense des intérêts de la filière prend tout son sens et toute son importance dans cette période cruciale et délicate pour beaucoup d’entre nous » a affirmé David Serruys, Président du Collectif Café.